Un peu d'Histoire

Valjouffrey vient de "Vallis Josfredi" au XIe siècle. Josfredi compagnon ou vassal de Gaudemar dernier roi Burgonde, se serait réfugié dans la vallée après la défaite d'Autun en 534. Gaudemar se réfugiant dans la vallée voisine plus au sud qui porte son nom.

Fréquentée au moins depuis l'époque romaine, la vallée de la Bonne  a longtemps souffert d'un réseau routier mal entretenu qui lui a valu sa réputation de montagne enclavée. Comme le stipule l'annuaire statistique du département de l'Isère en 1809: "On ne parvient dans les communes de ce canton que par des sentiers étroits, rapides et dangereux, impraticables aux voitures". Au XIXe siècle, les colporteurs de la vallée sillonnent de nombreuses régions de France prouvant l'ouverture de la vallée vers l'extérieur.

En 1890, on dénombrait 868 habitants, les Sapparys, c'est à dire environ 8 fois plus qu'aujourd'hui. La pression démographique y était telle que les terres agricoles et les forêts étaient surexploitées. Des déboisement excessifs sont à l'origine de débordements torrentiels aux conséquences parfois catastrophiques pour les villages, les routes ou les cultures.

Les paysages ont donc fortement changé depuis un siècle grâce à la politique de l'Etat qui en 1860 instaure le RTM (Restauration des Terrains de Montagne) qui entreprend des programmes ambitieux de reboisement, d'engazonnement et de correction torrentielle.

Le passé